Kiki de Montparnasse

Autour de l’ #expobistrot
SPECTACLE / AUDITORIUM / Autour de l’ #expobistrot
Samedi 13 mai à 20h30

Horaires

Début : 20h30
Durée : 1h30

Accessibilité

Adultes
Etudiant 14,40€* / Abonné 16,20€* / Tarif plein
18,00

Vous êtes ici

Présentation

  • Mise en scène : Jean-Jacques Beineix
  • Avec : Héloïse Wagner accompagnée à la guitare par Rémi Oswald et à l’accordéon par Rodrigue Fernandes
  • Musique : Reinhardt Wagner
  • Textes des chansons : Frank Thomas

Montparnasse, années 1920, l’atelier d’un peintre, une femme enfile ses bas... Elle se souvient : Kiki de Montparnasse, “Modèle“ d’une révolution qui impose de nouveaux critères à l’art et au monde. Kiki de Montparnasse, effrontée, libre, pose nue pour les peintres Foujita, Modigliani, Soutine… Elle chante, peint, danse, anime des soirées de folie. Man Ray, l’oeil exercé, “trouve son physique irréprochable de la tête aux pieds“, il en fait son égérie, elle, son amant. En un cliché, il l’immortalise. Kiki croise les poètes, les écrivains du temps, Hemingway devient son ami. De la Coupole à la Rotonde, du Jockey au Bar Dingo, muse amoureuse endiablée, de New-York à Berlin, Kiki s’étourdit, brûle sa vie et trace en lettres d’or le destin d’une légende du Montparnasse.

Avant la représentation : possibilité de dégustation de vins et restauration au LATITUDE20.

* Billets réduits en vente uniquement sur place.

Crédit : JeanJacquesBeineix

A noter : certaines scènes peuvent heurter la sensibilité du jeune public.

Note d’intention de Jean-Jacques Beineix, metteur en scène

Kiki de Montparnasse est l’histoire d’une personnalité hors du commun, égérie de Montparnasse. Reinhardt Wagner, avec qui j’ai collaboré sur plusieurs films, notamment «Roselyne et les Lions» et «Mortel Transfert», m’a fait découvrir très tôt sa création musicale sur la vie de Kiki de Montparnasse dont les paroles sont signées Frank Thomas.

L’originalité du projet aussitôt m’a séduit. L’envie de le mettre en scène était née.

Le spectacle évoquera de manière chronologique Kiki, sa vie, ses rencontres, ses amours, ses addictions, son destin, la vie de cet inimaginable quartier du Montparnasse qui a donné envie à des artistes du monde entier de venir vivre à Paris La Bohême. Il alternera chansons et brèves scènes théâtrales*. À chaque tableau une chanson, et à chaque chanson, un tableau, en alternance, en miroir. Un certain nombre d’évocations seront ainsi mises en scène à partir des thèmes de chacune des chansons : enfance, Montparnasse, Modigliani, Man Ray, Foujita, la cocaïne, La Coupole, New-York, etc… De brèves chorégraphies orneront et sertiront certains passages des chansons, sans jamais toutefois prendre le devant de la scène.

Pour interpréter Kiki, Héloïse Wagner est la comédienne/chanteuse idéale. Elle chante aussi bien qu’elle joue. Elle donne au personnage une dimension singulière et unique. Force et faiblesse. Deux thèmes que l’on retrouve tout au long du spectacle.

La musique sera interprétée sur scène par Rodrigue Fernandes à l’accordéon et Rémi Oswald à la guitare.

Chaque chanson aura sa lumière, chaque chanson sera mise en abîme avec le décor.

* Scènes théâtrales adaptées du livre « KIKI de Montparnasse, Souvenirs retrouvés » Éditions José Corti (2005).

Jean-Jacques Beineix, le metteur en scène

Cinéaste, producteur, scénariste, photographe, peintre, écrivain et musicien, Jean-Jacques Beineix est un artiste aux multiples facettes, de ceux dont la vie et l’oeuvre ne peuvent être dissociées. Il vit ses oeuvres et ses oeuvres lui ressemblent. Il prend des risques, comme il l’a fait pour Roselyne et les lions en entrant dans la cage aux fauves. Son implication, mentale, morale et physique est totale. Ses films et son oeuvre sont à son image. Jonchés d’indices, ils révèlent un reflet diffracté de son univers à la fois artistique et intime. Cet univers aux entrées multiples fonctionne par codage, tiroirs et jeux de perspectives. Il joue sur la synesthésie, la musique répondant aux couleurs et aux sensations. Il intègre des éléments de la vie réelle, et les souvenirs d’une vie rêvée.

Films : Le chien de monsieur Michel (Court Métrage - 1975) Prix au festival de Trouville - Diva (1981) 4 césars (Meilleur premier film, Meilleure photo, Meilleure musique, Meilleur son) et Prix de la meilleure photographie au National Society of Film Critics - USA (1983) - La Lune dans le Caniveau (1983) en compétition au Festival International du film de Cannes, César du meilleur décor. Nomination meilleur second rôle. Nomination meilleur photo - 37°2 le matin (1986), Roselyne et les Lions (1989), IP5 l’île aux pachydermes (1992) Meilleur réalisateur au festival international du film de Seattle, Mortel Transfert (2001) Sélection au Festival du Berlin et du festival du Seattle, Ouverture du festival de film de Hong Kong - Place Clichy sans complexe (Documentaire -1992) - Otaku (Documentaire – 1994) - Assigné à Résidence (Documentaire - 1997), Les Gaulois au delà du Mythe (Documentaire 2013).

Autres : L’Affaire du siècle - bande dessinée en deux volumes tirée du scénario éponyme - Les chantiers de la gloire T1 - récit autobiographique dont le tome 2 est à paraitre en 2015 aux éditions Fayard.

En 2013, la Ville de Boulogne, berceau du cinéma lui a rendu hommage en lui consacrant une exposition « Studio Beineix » au Musée des Années Trente le présentant comme un artiste complet et inclassable. La plupart des films de Jean-Jacques Beineix ont eu une carrière internationale en rencontrant un véritable succès notamment au Japon et aux États-Unis.

Reinhardt Wagner, le compositeur

Après une formation au Conservatoire d’Orléans, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il étudie l’Harmonie et le Contrepoint sous la direction d’Yvonne Desportes, Grand Prix de Rome et compositrice.

En 1984, il compose sa première musique de film pour La Crime, réalisé par Philippe Labro.

Depuis, il n’a pas cessé de travailler pour le cinéma et le théâtre : Christophe Barratier, Jean-Jacques Beineix, Didier Bourdon, Romain Goupil, Didier Grousset, Jean-Michel Ribes, Jacques Rozier, Joël Séria, Pascal Thomas, ...

En 2003, il signe la partition de Joséphine et les ombres un conte lyrique écrit avec la complicité de son ami Roland Topor, pour lequel il recevra le Prix Charles Cros.

En 2005, il apparaît sur scène au Théâtre du Rond-Point, puis en tournée aux côtés de François Morel dans le spectacle Collection Particulière, mis en scène par Jean-Michel Ribes.

En mai 2008, il rend hommage à son ami disparu Roland Topor et remonte sur les planches du Théâtre du Rond Point pour Signé Topor, mis en scène par Jean-Louis Jacopin.

En novembre 2008, Christine Albanel, ministre de la Culture, le fait Chevalier des Arts et des Lettres.

En février 2009, il reçoit à l’Espace Cardin l’Étoile d’Or du meilleur Compositeur de Musique Originale de Film Français pour la bande originale de Faubourg 36 de Christophe Barratier, dont la chanson Loin de Paname (texte de Frank Thomas) est nommé aux Césars 2009 et à l’Oscar de la meilleure chanson en 2010.

En 2011, il compose la musqiue de René l’énervé, opéra-bouffe, texte et mise en scène de Jean-Michel Ribes.

Frank Thomas, le parolier

Frank Thomas commence à écrire au début des années 60 pour des chanteurs comme Eddy Mitchel, Les Surfs, Les Parisiennes, Stone, Lucky Blondo, Françoise Hardy, Isabelle Aubret…

En 1965, il s’associe à un autre parolier Jean-Marie Rivat. Durant sept ans, le duo va marquer de son empreinte la variété française : Joe Dassin (Bip-Bip, Les Dalton, Marie-Jeanne, Siffler sur la colline, La bande à Bonnot,...), Michel Polnareff (Beatnik, Ne me marchez pas sur les pieds), Stone et Charden (L’aventura, Il y a du soleil sur la France, Laisse aller la musique, ...), Sylvie Vartan (2 ‘35 de bonheur), France Gall (Bébé requin, …), Alain Chamfort (Je pense à elle, elle pense à moi), Hugues Aufray (Des jonquilles aux derniers lilas, Vous ma lady reprise par Brigitte Bardot), Claude François (Le lundi au soleil, Le téléphone pleure, ...), Patrick Juvet (La Musica), Gilbert Bécaud (Petit Jean, ...),

Juliette Gréco (Y’a qu’Joseph qui peut m’guéri, ...)

À la fin du tamdem, il se consacre à la découverte de nouveaux talents.

Il produit le premier album de Michel Jonasz et lui écrit plusieurs titres phares dont Dites-moi, celui de Francis Lalanne, de Lucid Beausonge et les trois premiers albums de Gérard Berliner à qui il écrira entre autres Louise... Il reçoit en 1967, le Prix de la Rose d’or d’Antibes avec Le vent et la jeunesse , en 1972, le Prix Vincent Scotto/Sacem avec L’amour ça fait passer le temps (Marcel Amont), en 1987, le Prix Sacem Didier Mauprey , en 1994 le Grand Prix Sacem - Prix de la chanson Française. En 2010, il est nommé aux Oscar avec Reinhardt Wagner pour la chanson originale Loin de Paname du film Faubourg 36 de Christophe Barratier.

Héloïse Wagner, l’interprète

Après une formation de danse classique en sport-études à l’Académie Chaptal avec Monique Arabian, Héloïse se forme au théâtre au Studio-Théâtre d’Asnières (Direction Jean-Louis Martin Barbaz et Hervé Van Der Meulen), à l’école du Théâtre National de Chaillot (Direction Philippe du Vignal), puis elle intègre la classe libre du cours Florent où elle suit les cours dirigés par Jean-Pierre Garnier.

En 2008, Héloïse joue au Théâtre du Rond-Point, dans le spectacle musical Signé Topor mis en scène par Jean-Louis Jacopin. En 2010, on la retrouve dans Cinq filles couleur pêche d’Alain Ball mis en scène par Jean-Jacques Beineix où elle joue Georgia. Puis, Juana dans Le timide au palais de Tirso de Molina mis en scène par Gwenhaël de Gouvello au Festival d’Avignon. En 2012, elle est choisie par Catherine Hiegel pour jouer Dorimène dans Le Bourgeois gentilhomme, au théâtre de la Porte Saint-Martin et en tournée dans toute la France aux côtés de François Morel.

Au cinéma, on peut la voir dans Mon petit doigt m’a dit (2004), Le Grand Appartement (2005), L’Heure Zéro (2006),

Le crime est notre affaire (2008), films réalisés par Pascal Thomas. À la télévision, elle participe au film L’aventure du Théâtre du Rond-Point, audace joyeuse et rire de résistance, réalisé par Jean-Michel Ribes.

Vous aimerez sans doute vivre ces expériences ...

  • Nuit des Musées : Bistrot ! De Baudelaire à Picasso

    Autour de l’ #expobistrot

    Samedi 20 mai - de 19h à 23h, 1 visite par heure
    Visite guidée / entrée de l’exposition 8,00€ + visite guidée gratuite

    Découvrez

  • L'Assommoir, d'après l'oeuvre d'Emile Zola

    Autour de l’ #expobistrot

    Vendredi 14 avril à 20h00
    Spectacle / Tarif plein 18,00€ - Abonné 16,20€*- Etudiant 14,40€*

    « L’ASSOMMOIR », six jeunes gens boivent et racontent la grandeur puis la décadence de Gervaise Macquart, honnête blanchisseuse dans le quartier de la Goutte d’Or à Paris.

    * Billets réduits en vente uniquement sur place.

    Découvrez

  • De l'expo à l'apéro

    Autour de l'#expobistrot

    Mercredi 14 juin à 18h00
    Visite guidée / tarif  20,00€ (comprend la visite guidée, le trajet en tram et un apéritif commenté au Café des Arts)

    Participez à la visite guidée de l’exposition temporaire Bistrot ! De Baudelaire à Picasso et prolongez ce moment convivial en suivant le médiateur dans un café historique de Bordeaux. Vous y ferez une dégustation commentée de Lillet, apéritif fruité emblématique né au cœur des vignobles bordelais.

    Découvrez

  • Visite guidée en langue des signes française

    Autour de l'#expobistrot

    Samedi 25 mars à 15h
    Visite guidée / tarif plein 10,50€ (visite + entrée à l'exposition)

    Découvrez

  • Le café, c'est la France ? Retour sur un mythe national

    Autour de l'#expobistrot

    Mardi 9 mai à 18h30
    Conférence / Entrée gratuite, billet à retirer sur place, dans la limite des places disponibles
    Avec Pascal Ory, professeur d'histoire contemporaine à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.
    Dans le monde entier, c’est une affaire entendue : le café, c’est la France. Historiquement, cela ne va pas de soi puisqu’après tout c’est l’empire ottoman qui invente la formule et toute une Europe chic, de Rome à Vienne, qui plante le décor. Reste que le mythe dit beaucoup sur la façon dont ce lieu s’est enraciné dans les profondeurs de la société française

    Découvrez

  • De l'expo à l'apéro

    Autour de l'#expobistrot

    Mercredi 10 mai à 18h00
    Visite guidée / tarif 20,00€ (comprend la visite guidée, le trajet en tram et un apéritif commenté au Café des Arts)

    Participez à la visite guidée de l’exposition temporaire Bistrot ! De Baudelaire à Picasso et prolongez ce moment convivial en suivant le médiateur dans un café historique de Bordeaux. Vous y ferez une dégustation commentée de Lillet, apéritif fruité emblématique né au cœur des vignobles bordelais.

    Découvrez

  • "La vie de café", entre désirs et bohème

    Autour de l'#expobistrot

    Mardi 28 mars à 18h30
    Conférence / Entrée gratuite, billet à retirer sur place, dans la limite des places disponibles.
    "Profondes joies du vin, qui ne vous a connues ?" Charles Baudelaire, 1851. De tous temps, les artistes se sont donné rendez-vous au café et l'ont mêlé à leurs poèmes et tableaux. Cafés, bistrots, cabarets et guinguettes, plus que tout autre espace social, forment le cœur de notre modernité.  
    Avec Stéphane Guégan, historien de l'art, membre du Comité scientifique.

    Découvrez

  • De l'expo à l'apéro

    Autour de l'#expobistrot

    Mercredi 12 avril à 18h00
    Visite guidée / tarif  20,00€ (comprend la visite guidée, le trajet en tram et un apéritif commenté au Café des Arts)
    Participez à la visite guidée de l’exposition temporaire Bistrot ! De Baudelaire à Picasso et prolongez ce moment convivial en suivant le médiateur dans un café historique de Bordeaux. Vous y ferez une dégustation commentée de Lillet, apéritif fruité emblématique né au cœur des vignobles bordelais.

    Découvrez