Langue

  • Français

Date

10 fév. 2022

Mille et une raisons et façons de boire existent et peuvent cohabiter ou se succéder chez le même buveur : pour déguster, pour s’enivrer, pour lever ses inhibitions, pour se suicider à bas bruit, par excès dans la convivialité, dans l’isolement, par dépendance, dans la recherche d’une alcoolisation massive, en débutant tôt dans la vie ou plus tard, avec des périodes d’abstinence ou de rechutes, tous les jours ou pas, à jeun dès le matin, ou à table, avec un seul type d’alcool ou avec plusieurs, etc.

Cette journée a pour but de décrire les infinies variétés de motivations et de comportements vis-à-vis de l’alcool. Autant d’éléments permettant à chacun ou à chaque type de consommation, de s’inscrire dans un modèle de prévention du risque moins simpliste que la seule modération.

4ème table ronde Addiction et prévention
Y a-t-il un lien entre les « raisons de boire » et les risques d’addiction ?
Jean-Michel Delile, psychiatre

Pertinence de la prévention pour une consommation modérée
Majore Sonia Benbelaid-Cazenave, psychologue, Commandant la Maison de la Prévention et Protection des Familles, Gendarmerie nationale

Les initiatives de l’OMS et des autres instances internationales sur la réduction de l'usage nocif de l'alcool.
Jean-Claude Ruf, coordinateur scientifique de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin

3ème rencontre Vin et Santé :  Addiction et prévention

3ème rencontre Vin et Santé : Addiction et prévention

Découvrez aussi