Vous êtes ici

[CULTURE VIN] Peut-on planter la vigne n’importe où ?

Publié le 28 décembre 2017

Depuis la domestication de la vigne vers 6000 ans avant JC, l’homme a essayé toutes les situations et toutes les possibilités d’implantation.

Dans l’Antiquité et jusqu’à la période romaine,  surtout en Italie, la vigne était souvent associée à des supports arbustifs.

Le système très ancien de vignes en terrasse (Suisse), a permis de planter dans des pentes raides (Irouléguy, Lavaud, Valais, Cinque terre, Porto etc.). Diverses situations peuvent être citées comme le vignoble basque de Txakoli sous un climat très humide (> 1500 mm),  les vignobles de l’île de Lanzarote aux Canaries ou de l’île de Santorin en Grèce dans les terrains volcaniques, le vignoble ancien des sables de Capbreton dans les Landes qui pousse sur la dune, les « joualles » qui associaient la vigne et les cultures familiales, les vignes principalement de table qui poussent dans les oasis du Sahara, le vignoble anecdotique de la butte Montmartre à Paris etc. Beaucoup de situations curieuses et exceptionnelles.

On constate aussi des phénomènes de mode où tout le monde veut planter sa vigne quel que soit le contexte :

  • En zone tropicale dans de nombreux pays (Colombie, Venezuela, Brésil, dans l’île de la Réunion, en Thaïlande, au Vietnam et même sur un atoll - Rangiroa en Polynésie française) avec une culture assez compliquée pour des résultats aléatoires parfois.
  • Au Canada un viticulteur voulait installer des canons à neige pour réaliser l’enfouissement des ceps contre le froid. Il en apparaît dans beaucoup de sites originaux en particulier sur les ronds-points en ville ou en campagne, les aéroports, les terrasses d’immeubles,  les pentes d’un terril dans le nord de la France etc.

Il faut de toutes façons être prudent avant de planter n’importe où, surtout en fonction de ce que l’on veut obtenir.

Pour le viticulteur en France, planter de la vigne est soumis à une règlementation contrôlée par l’INAO. On ne doit planter que des surfaces contrôlées et des cépages fixés par décret, la vigne n’est pas plantée au hasard. Ce n’est pas forcément le cas dans tous les pays.  

Globalement la vigne s’adapte bien à beaucoup de situations mais elle possède certaines exigences et quelques limites.

Le climat

La limite nord pour la culture de la vigne en Europe commence au sud de la Bretagne et s’étire vers l’est jusqu’en Ukraine. Pour donner des fruits, il lui faut un climat favorable, or certaines zones trop froides ou trop humides avec un faible ensoleillement (exemple du nord de l’Europe) sont très défavorables. Les climats intertropicaux sont plus favorables, mais avec une intervention importante de l’homme (taille en vert pour provoquer l’initiation florale). Les climats tempérés sont les plus adaptés mais parfois avec des contraintes, comme l’enfouissement des ceps en hiver dans les climats continentaux (ex : Turquie orientale) car celle-ci gèle en dessous de -15°C. Les pays de l’Europe centrale, occidentale et méditerranéenne sont les plus « viticoles » avec plus récemment les pays outremer où l’on retrouve ponctuellement les mêmes situations agro-climatiques.

Les maladies et parasites

Vitis vinifera est sensible à un certain nombre de maladies, incontournables en pays humides et ceci peut fortement limiter sa culture. Actuellement les plantations non greffées sont à la mode, mais le phylloxera reste un danger permanent dans les sols viticoles.

Les sols

Ils ne doivent être ni trop humides ni trop secs, ni trop calcaires. Les pays hors d’Europe, souvent  aux  climats secs,  doivent  irriguer (Argentine, Chili, Australie, Californie).           

Les cépages

Très variés, ceux-ci amènent en plus une variabilité de comportements dont il faut tenir compte. La majorité des encépagements sont d’origine européenne, certains d’entre eux  étant  très « adaptables », mais d’autres moins.

Pour le raisin de table, il faut un climat plutôt chaud et bien ensoleillé en été.

Dans le cas des grands vins, on ne peut éviter les meilleurs terroirs. Pour tous les autres vins il faut choisir les bons cépages et avoir des raisins sains et mûrs. 

Louis Bordenave, ingenieur ampelographe