Le développement durable permet un développement harmonieux, tenant compte des impacts environnementaux, sociaux et économiques. Il a été pris en compte dès la création de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin et de la Cité du Vin : dans la construction du bâtiment lui-même, dans les actions menées par les équipes de la Fondation, et dans la conception des contenus et activités qui sont proposés aux publics de la Cité du Vin.

Installée aux Bassins à Flot, ancienne zone industrielle et portuaire se transformant en écoquartier, la Cité du Vin est desservie par de nombreux transports en commun (tram, bus, navette fluviale, réseau urbain de vélos en libre-service) : elle incite ses collaborateurs et visiteurs à utiliser des mobilités douces.

Le bâtiment a été pensé par le cabinet d’architectes XTU pour qu'il produise l'impact environnemental le plus faible possible. 70% des besoins énergétiques de La Cité du Vin sont ainsi couverts par des énergies vertes et locales.

D’une conception bioclimatique performante, la construction de forme compacte permet d'optimiser la ventilation du bâtiment. Les entrées d’air en points bas profitent des vents dominants, alors que les patios et les points hauts évacuent la chaleur, générant un courant d’air qui permet - à lui seul - de gagner 5 degrés de sensation de fraîcheur en été et de limiter l’usage de la climatisation. En outre, la toiture est protégée du soleil par une "ombrière ventilée" qui participe à la maîtrise de la température, tout comme la mise à profit de la géothermie.

cite du vin exterieur

Dans le cadre de l’exploitation du bâtiment, l’ensemble des données de consommation d’énergie est recueilli et piloté par des logiciels de gestion technique des bâtiments afin de maîtriser et diminuer la consommation. Les peintures et vernis utilisés portent tous un écolabel, ainsi que plus de 80% des détergents utilisés. Le personnel de la Fondation est également sensibilisé aux économies d’énergie et aux écogestes à adopter sur le site.

La Cité du Vin est reliée à la Garonne par un « Jardin sauvage ». Situé dans une zone classée « Natura 2000 », il respecte les ambiances humides spécifiques au fleuve et permet ainsi de rafraichir l’environnement immédiat du bâtiment.

Cœur de l’offre culturelle, le Parcours permanent a, entre autres, pour mission de sensibiliser les visiteurs au respect de la nature et de l’environnement. Grâce à la présentation magnifiée qu’il offre des vignobles, il permet aux visiteurs de prendre conscience de l’impact de l’homme sur le paysage, et son indispensable préservation. Il évoque les questions de la viticulture biologique, biodynamique et des vins naturels, à travers divers modes de présentation : des vignerons qui présentent leur engagement personnel au sein de la Table des terroirs, des vidéos au sein du module E-vigne ou encore du Mur des tendances.

Dans le cadre de la maintenance de ses systèmes numériques, les solutions les moins énergivores, sont systématiquement privilégiées : les serveurs vidéo sont remplacés par des modèles beaucoup plus économes en énergie électrique et la mise en place d’une infrastructures hyperconvergée, destinée à héberger les systèmes d’information de gestion, réduit également ses besoins en électricité.

Par ailleurs, une attention particulière est portée sur la gestion et la production des déchets : le remplacement des vidéoprojecteurs à lampes par des modèles laser évitera à l’avenir les déchets de lampes au mercure (plastique, électronique et métaux lourds).

Tous les déchets sont triés sur notre site, la majorité suit déjà une filière de recyclage.

cite du vin garonne cite du vin parcours permanent

Les expositions temporaires abordent également la question du développement durable lorsque leur sujet s’y prête. Par exemple, pour l’exposition Renversant ! Quand art et design s’emparent du verre – 15 mars-30 juin 2019, la Fondation a produit un film intitulé Saison(s), l’histoire d’une création (réalisé par Jérôme de Gerlache) : il valorise le travail d’un vigneron en biodynamie, Stéphane Derenoncourt, et d’une designer, matali crasset qui, consciente de l’impact de son métier sur l’usage des choses, intègre cette réflexion à sa pratique professionnelle pour proposer des espaces et objets innovants.

Les expositions sont conçues de façon à ce que leur scénographie se base le plus possible sur des mobiliers réutilisables (la Fondation a fait l’acquisition de cimaises auto-portantes et de systèmes d’éclairage en propre), des éléments recyclés et recyclables. Par exemple, 62% de la scénographie de l’exposition Renversant ! ont été réutilisés pour les expositions suivantes (Argentine, Boire avec les dieux). Les éléments qui ne peuvent être réutilisés sont mis à disposition d’autres lieux culturels ou d’associations qui les transforment pour d’autres usages. La réutilisation est un pré-requis qui figure au cahier des charges fournis aux scénographes consultés pour les expositions temporaires, tout comme l’éco-conception (peinture sans solvants / bois issus de forêts gérées…).

Les œuvres artistiques présentées proviennent d’un nombre restreint de prêteurs afin de limiter le recours au transport, et le transport groupé est privilégié. Et lorsque la Fondation commande des œuvres à des artistes contemporains, elle le fait de préférence auprès d’acteurs locaux : ce sont ainsi trois artistes urbains bordelais qui ont été sollicités pour participer à l’exposition Boire avec les dieux jusqu'au 29 août 2021.

cite du vin expo renversant

Les événements de la programmation culturelle font également une large place au développement durable, à l’écologie ou la biodiversité : de 2017 à 2021, pas moins de 26 événements (conférences, rencontres, débats, dégustations, remise de prix…) ont abordé ces thématiques.

La gestion des événements eux-mêmes s’efforce d’être aussi vertueuse que possible : utilisation de vaisselle et contenants réutilisables pour toutes les dégustations mets et vins, responsabilisation des publics, suppression des bouteilles d’eau en plastique pour les conférenciers. L’ensemble des micros HF fonctionnement sur piles rechargeables.

Les ateliers de dégustation mets & vins sont réalisés en partenariats avec des acteurs locaux et engagés (chocolat Hasnaa bio avec du cacao issu du commerce équitable, caviar Sturia, éleveur, producteur et sélectionneur-affineur de caviar français en Aquitaine, producteurs recommandés par l’agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine…).

Au Belvédère les vins bio sont mis en avant parmi les vins proposés à la dégustation, et les jus de fruits, issus de l’agriculture biologiques, sont fournis par un producteur bordelais (Maison Meneau).

Les cartons, bouteilles, bouchons et capsules sont triés et recyclés.

Le nettoyage quotidien des surfaces est réalisé avec des produits naturels.

En matière de communication, le recours au papier est réduit : l’actualité de la programmation culturelle est uniquement communiquée par des moyens numériques (site web, réseaux sociaux, newsletter), et les campagnes d’affichage, très ponctuelles, se limitent à l’agglomération bordelaise et à quelques grands points de passage proches. Le nombre de points de diffusion de dépliants touristiques a été réduit aux lieux incontournables de la région. Les imprimeurs sollicités n’utilisent que des papiers certifiés PEFC et sont labellisés Imprim’Vert.

Au sein de la Boutique, un soin particulier est apporté à la sélection des fournisseurs. Un nombre croissant de fournisseurs locaux est mis à l’honneur. Les sacs proposés pour emporter les achats sont en papier recyclable ou en coton.

La Fondation pour la culture et les Civilisations du Vin a obtenu le label NF Environnement pour les sites de visite, en mars 2021.

Le développement durable à la Cité du Vin

Le développement durable à la Cité du Vin

Politique de développement durable

Téléchargez notre politique

NF Environnement – sites de visite