Vins géorgiens, cépages et biodiversité

Autour de l'expo "Géorgie, berceau de la viticulture"
DÉGUSTATION COMMENTÉE / SALONS DE RÉCEPTION / Autour de l'expo "Géorgie, berceau de la viticulture"
Dimanche 15 octobre à 15h00

Horaires

Début : 15h00
Durée : 1h30

Accessibilité

Adultes
Tarif Abonné 9,60€ / Tarif plein
12,00

Vous êtes ici

Présentation

Dans le cadre de la saison "Paysages Bordeaux 2017"

La domestication de la culture de la vigne a eu lieu sur le territoire du Caucase du Sud, au bord de la mer Noire à la fin du Néolithique. Cette découverte est attestée par l’analyse de pépins retrouvés sur les sites archéologiques de cette région ainsi que les traces de vin présentes au fond de récipients en terre cuite datant du 6-5e millénaire avant JC.

Ainsi, on peut dater les premières vinifications en Qvevri ou Kvevri (jarre à vin en terre cuite) de 8 000 ans. La méthode géorgienne de vinification à l’ancienne dans des kvevris traditionnels figure sur la liste de du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco depuis 2014.

C’est à partir de ce foyer viticole que la culture de la vigne et du vin s’est propagée dans les alentours, au Moyen Orient, Egypte, Grèce, ensuite dans tout le bassin méditerranéen, et enfin dans le monde entier.

La culture de la vigne a engendré la segmentation en cépages dont la diversité est encore très présente en Géorgie, avec plus de 500 cépages enregistrés, offrant la plus grande diversité ampélographique du monde. Ces différentes variétés sont adaptées aux différents terroirs et climatologies du pays, allant d’un climat océanique à l’ouest (proche de la Mer noire), à un climat tempéré dans le centre, jusqu’à un climat continental dans l’Est concentrant la plus grosse production (La Région de Kakheti).

Les principaux cépages utilisés sont pour les blancs : Rkatsiteli, Mtsvane, Kisi, Chinuri, Tsolikauri, Tsitska, Krakhuna etc. Et pour les rouges : Saperavi, Shavkapito, Tavkveri, Otskhanuri Sapere, Aleksandrouli, Ojaleshi, Chakhaveri etc.

Les vinifications sont soit ancestrales en « Qvevri », soit « Classiques ». Elles peuvent être utilisées sur les mêmes raisins qu’ils soient rouges ou blancs. Il y a donc au-delà de la diversité des cépages une grande variabilité de vins. Chaque type de vin est empreint des spécificités agro-climatiques, de cépage ou de vinification, avec des expressions originales, des structures différentes, et pouvant s’apprécier sur de multiples moments de convivialité.

Cet événement propose un voyage dans l’histoire du vin et de notre culture, une appréhension de la diversité des vins, et une découverte sensorielle.

Avec :

  • Anna GODABRELIDZE, directrice de l’Académie de la vigne et du vin géorgien
  • Giorgi SAMANISHVILI, président de l’Agence nationale des vins de Géorgie
  • Hervé ROMAT, consultant international en œnologie

En partenariat avec Georgian Wine Association.

Anna GODABRELIDZE

Anna GODABRELIDZE est une jeune œnologue passionnée du vin. Ingénieure de formation en Géorgie, elle poursuit ses études à l’université Montesquieu Bordeaux IV et obtient un Master II, droit, économie et gestion de la filière vitivinicole. Parmi ses nombreuses activités, elle est aujourd’hui directrice de l’Académie de la vigne et du vin géorgien, vice–présidente de la commission boissons spiritueuses d’origine vitivinicole au sein de l’Organisation Internationale de la vigne et du vin (OIV), directrice de l’école du vin (Géorgie).

Hervé ROMAT

Consultant-Œnologue bordelais et à l'international, investi dans de nombreuses activités autour du vin et passionné des sciences, Hervé Romat est impliqué dans la recherche et le développement. Intervenant dans différentes Universités ou pour des colloques, en France et à l’étranger, mais aussi co-propriétaire du château Grand-Maison depuis 2004, Hervé Romat dévore les activités, infatigable et animé par une passion sans faille.

« Le vin ne doit pas être qu’un « produit marchand ». Il est aussi un produit de plaisir, d’émotions et de sensibilité, issu de la terre, qu’il faut élaborer de manière respectueuse (…). Élément gastronomique, social, et culturel important, le vin accompagne l’évolution de l’homme depuis le Néolithique ». Fidèle à cette vision, son action d’œnologue-consultant en Géorgie compte parmi ses meilleures expériences œnologiques, avec aussi des vinifications ancestrales, dites « Qvevri ».

Giorgi SAMANISHVILI

Après avoir suivi des études supérieures en mathématiques et physique, Giorgi SAMANACHVILI poursuit sa formation initiale avec une licence en technologie du vin à l’université agricole de Géorgie. En 2000, il obtient un Master II en droit, économie et gestion de la filière vitivinicole à l’université Montesquieu Bordeaux IV. En 2004, il traduit en langue géorgienne l’ouvrage de référence « L’œnologie » de Colette Navarre et Françoise Langlade paru aux éditions Lavoisier. Après avoir occupé de nombreux postes à responsabilité au sein de Pernod Ricard puis du Ministère de l’agriculture géorgienne, il devient président de l’Agence nationale du vin géorgien.

En partenariat avec